L'agriculture et l'environnement en bonne intelligence : actualités, initiatives et analyses

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

« L’éducation au goût a toute sa place dans l’alimentation durable »
L’ANEGJ, Association nationale pour l’éducation au goût des jeunes, créée en mai 2012 sous l’impulsion du ministère de l’Agriculture et de Vitagora, a pour missions de constituer un réseau de professionnels en éducation au goût, d’actualiser et d’enrichir les connaissances dans ce domaine, de faire connaître et reconnaître l’éducation au goût et de privilégier les échanges entre acteurs de l’éducation au goût. La présidente de l’ANEGJ, Sylvie Delaroche-Houot, précise les contours d’actions de l’association.

Sylvie Delaroche-Houot, présidente de l’Association nationale pour l’éducation au goût des jeunes

Campagnes & Environnement : Comment définir l’éducation au goût ?
Sylvie Delaroche-Houot : L’éducation au goût propose des expériences alimentaires individuelles et collectives visant à développer l’usage des 5 sens dans l’alimentation. Ces expériences permettent de renforcer l’ouverture, la curiosité et l’autonomie du mangeur. Le mangeur se réapproprie ainsi l’acte alimentaire. En créant un lien émotionnel avec l’aliment, l’éducation au goût invite le mangeur à être à son écoute, à vivre l’émotion, à transformer cette émotion en histoire. Accompagnée du discours du mangeur, cette histoire se partage avec le groupe. Ce partage permet de se comprendre soi, de comprendre les autres et de construire de nouvelles connaissances sur l’aliment et sur les relations des autres à l’aliment, construction possible par la présence de l’éducateur du goût.

« L’éducation au goût peut permettre de réduire le gaspillage alimentaire »

A titre d’exemple, l’éducation au goût a été identifiée par Guillaume Garot comme un levier pour lutter contre le gaspillage alimentaire et l’ANEGJ a donc été auditionnée en tant qu’acteur de l’éducation sur le gaspillage alimentaire en février 2015. En effet, l’éducation au goût peut permettre de réduire le gaspillage alimentaire quand ce gaspillage est lié à un environnement non favorable de prise alimentaire, à un répertoire alimentaire du mangeur restreint, à un rythme de vie rapide... à tout ce qui est lié au comportement du mangeur.

C&E : Qu’est-ce que l’alimentation durable ?
Sylvie Delaroche-Houot : Selon la FAO*, « les régimes alimentaires durables sont des régimes alimentaires ayant de faibles conséquences sur l’environnement, qui contribuent à la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi qu’à une vie saine pour les générations présentes et futures. Les régimes alimentaires durables contribuent à protéger et à respecter la biodiversité et les écosystèmes, sont culturellement acceptables, économiquement équitables et accessibles, abordables, nutritionnellement sûrs et sains, et permettent d’optimiser les ressources naturelles et humaines. »

« Appréhender tout ce qui va avec l’alimentation à titre individuel et collectif »

L’alimentation durable doit donc permettre de nourrir toute la population en utilisant des modes de production écologiquement viables, tout en tenant compte de la sécurité alimentaire et sanitaire mais aussi des habitudes culturelles... Vaste et complexe sujet !

C&E : Quels liens faites-vous entre alimentation durable et éducation au goût ?
Sylvie Delaroche-Houot : L’éducateur du goût apporte des connaissances sur les qualités organoleptiques des aliments mais pas seulement : il aborde aussi l’usage de l’aliment dans d’autres cultures, les modes de production et de transformation de l’aliment, les paysages liés à ces modes de production et de transformation... L’éducateur au goût crée donc un contexte favorable pour le mangeur, pour mémoriser l’expérience, pour le motiver à être curieux, pour l’engager dans l’action et pour appréhender tout ce qui va avec l’alimentation à titre individuel et collectif.

« L’éducation au goût peut trouver toute sa place dans le champ de l’alimentation durable »

L’éducation au goût devient alors une éducation donnant une valeur d’usage à l’aliment et permettant de tricoter la relation humaine de confiance, si nécessaire, entre le mangeur et l’aliment, et entre le mangeur et les autres (mangeurs, producteurs, transformateurs, distributeurs).

Des projets de recherche sur l’éducation à l’environnement durable ont montré que la relation d’une personne à l’environnement est un prédicteur important à la capacité d’action de celle-ci, de même que les émotions et la responsabilité. C’est la raison pour laquelle l’éducation au goût peut trouver toute sa place dans le champ de l’alimentation durable. Sa façon de placer le mangeur au cœur de la pédagogie proposée, de placer les émotions du mangeur et du collectif comme moteur de l’action, de travailler l’empathie de chaque mangeur vis-à-vis des autres mangeurs et de l’ensemble des acteurs de la filière alimentaire en fait une éducation nécessaire à l’alimentation durable.

* FAO : Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture

Pour réaliser ses missions, l’ANEGJ propose des formations, met en place des projets nationaux d’éducation au goût et crée des lieux de rencontre entre adhérents. Sa spécificité tient dans la diversité des professionnels utilisant l’éducation au goût pour travailler en santé, en dégustation, en développement territorial et en fait alimentaire (renvoyant à la réalité multidimensionnelle de l’alimentation). Aller plus loin.
D.R. - 09/02/2016

Indicateur

Envoyer à un ami
Imprimer
Partager :
À lire également

:. L\'Europe s\'engage contre le gaspillage alimentaire - 23/05/2017

:. Le Japon, exemple à suivre en alimentation - 16/05/2017

:. Diminuer le gaspillage alimentaire par deux d\'ici à 2025 - 25/04/2017

:. Auvergne-Rhône-Alpes : concours d\'innovation alimentaire pour les étudiants - 18/04/2017


Réagissez à cet article (0 commentaire)

Ajouter un commentaire

Votre pseudo
Votre email

Code sécurité à recopier


Votre commentaire doit se conformer à la législation en vigueur en France. Sont Interdits :
- l'incitation à la haine raciale et discrimination
- la négation des crimes contre l'humanité et l'apologie de crimes de guerre
- la diffamation, ce qui porte atteinte à l'honneur d'une personne
- l'incitation au piratage informatique Les modérateurs se réservent le droit de supprimer un commentaire si celui-ci est jugé agressif, grossier ou hors sujet.
- Toute allusion sexiste, homophobe ou raciste sera également effacée, tout comme les messages publicitaires.
BIODIVERSITE, AGRICULTURE BIOLOGIQUE, METHANISATION, AGROFORESTERIE, TRAME VERTE, ECOPHYTO
 
© Terre-ecos mai 2010 | Mentions légales | Plan du site