L'agriculture et l'environnement en bonne intelligence : actualités, initiatives et analyses

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accompagner les filières alimentaires vers la durabilité
Des filières alimentaires s'engagent pour produire des aliments « bas impact » et faire évoluer les pratiques agricoles. La brochure « Agriculture et Environnement : les filières en action », publiée le 14 février, témoigne de ces démarches innovantes, ouvrant de nouveaux marchés.

L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), identifie plusieurs leviers d'action pour une assiette plus responsable. Concernant la production des aliments, leur transformation et la logistique des filières, l'analyse de cycle de vie (ACV) doit aiguiller les filières vers le plus bas impact environnemental possible en s'appuyant notamment sur l'écoconception.

S'appuyer sur des exemples qui fonctionnent
Pour accompagner cette transition écologique et énergétique, l'Ademe publie une brochure à destination de tous les acteurs. Plus qu'un idéal théorique, les auteurs mettent du concret au fil des pages, faisant la part belle aux synergies entre les professionnels, jugées « déterminantes » pour la réussite de démarches responsables et crédibles économiquement.

« L'approche doit être à la fois collective, décloisonnée et territoriale », souligne Joëlle Kergreis, directrice exécutive adjointe des programmes de l'Ademe. La première étape porte sur l'identification et la mise en place de leviers techniques et agronomiques. Couplées aux stratégies communes entre coopératives, transformateurs, industries agroalimentaires et distributeurs, ces pratiques ouvrent souvent de nouveaux marchés.

Télécharger le document.
 

A.D. et E.P. - 15/02/2017

Les autres axes de travail : gaspillage alimentaire et sensibilisation du consommateurs
Au-delà des aspects strictement liés à la production alimentaire, l'Ademe fait de la réduction des gaspillages alimentaires un deuxième axe de travail majeur. Enfin, l'agence estime nécessaire de favoriser les modes de consommation « différents », tels que le bio, les produits de saison, plus locaux et plus équilibrés, tout en privilégiant la qualité. Selon l'Ademe, une réduction de 20 % de l'empreinte environnementale de l'alimentation, tout en améliorant sa valeur nutritionnelle, est envisageable sans « modification radicale » des modes de consommation.



Indicateur

Envoyer à un ami
Imprimer
Partager :
À lire également

:. Salon de l\'agriculture : onze filières d\'élevage solidaires - 09/02/2017

:. Hauts-de-France : un partenariat pour l\'agriculture bio - 10/01/2017

:. Supermarché : le don d\'invendus alimentaires est désormais obligatoire - 05/01/2017

:. 100 projets alimentaires territoriaux pour 2017 - 03/11/2016


Réagissez à cet article (0 commentaire)

Ajouter un commentaire

Votre pseudo
Votre email

Code sécurité à recopier


Votre commentaire doit se conformer à la législation en vigueur en France. Sont Interdits :
- l'incitation à la haine raciale et discrimination
- la négation des crimes contre l'humanité et l'apologie de crimes de guerre
- la diffamation, ce qui porte atteinte à l'honneur d'une personne
- l'incitation au piratage informatique Les modérateurs se réservent le droit de supprimer un commentaire si celui-ci est jugé agressif, grossier ou hors sujet.
- Toute allusion sexiste, homophobe ou raciste sera également effacée, tout comme les messages publicitaires.
BIODIVERSITE, AGRICULTURE BIOLOGIQUE, METHANISATION, AGROFORESTERIE, TRAME VERTE, ECOPHYTO
 
© Terre-ecos mai 2010 | Mentions légales | Plan du site