L'agriculture et l'environnement en bonne intelligence : actualités, initiatives et analyses

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Une évolution dans la lutte contre les insectes

L'Académie d'agriculture de France a consacré sa séance du 9 avril aux insectes ravageurs en agriculture et aux méthodes innovantes pour leur maîtrise. Parmi les différents groupes de bioagresseurs des cultures, les dégâts d'insectes représentent au niveau mondial la seconde cause de perte de récolte au champ après les adventices.

Pour l'académicien Jean-Louis Bernard, on assiste aujourd'hui à une évolution qui pourrait transformer la dynamique de protection contre les ravageurs. Il note une amélioration rapide de la toxicologie des insecticides : les produits inquiétants de ce point de vuesont de plus en plus rares. Les produits non dangereux sont  représentent 61,2 % en 2014 alors qu'ils n'étaient que 20 % en 1965. « De nouveaux moyens de lutte font également leur apparition, comme le biocontrôle, et d'anciennes méthodes sont revisitées, poursuit Jean-Louis Bernard. Nous assistons aussi à une évolution des mentalités qui intègrent beaucoup mieux des sujets complexes et plus prompts à modifier les pratiques. »

Prévenir l'introduction des ravageurs
Pourtant, l'agriculture doit faire face à l'introduction et à l'installation de nouvelles espèces de ravageurs des plantes. Selon Marc Délos, de la direction régionale de l'agriculture et de la forêt de Midi-Pyrénées, « l'Union européenne est en retard sur la prévention contre l'introduction des ravageurs. »

Parmi les pistes d'avenir, Bernard Blum, président de l'Académie du biocontrôle et de la protection biologique intégrée, souligne les résultats intéressants obtenus grâce à la lutte autocide, fondée sur le lâcher massif d'insectes stériles. Il s'agit d'une technique relativement ancienne et réactualisée par les progrès récents de la recherche. Le projet Regio Biocontrôle entend développer une méthode intégrée de maîtrise d'importants ravageurs invasifs et endémiques. Il s'appuierait sur l'utilisation de la technique des insectes stérilisés et concernerait dans un premier temps un petit nombre de ravageurs de grande importance économique.
 

D.R. - 16/04/2014

Indicateur

Envoyer à un ami
Imprimer
Partager :
À lire également

:. Portrait robot des ingénieurs en agriculture - 18/11/2014

:. Une proposition de loi contre le gaspillage alimentaire - 21/10/2014

:. Gaspillage alimentaire : bilan et perspectives de l'Ania - 21/10/2014

:. Mobilisation contre le gaspillage alimentaire - 21/10/2014


Réagissez à cet article (0 commentaire)

Ajouter un commentaire

Votre pseudo
Votre email

Code sécurité à recopier


Votre commentaire doit se conformer à la législation en vigueur en France. Sont Interdits :
- l'incitation à la haine raciale et discrimination
- la négation des crimes contre l'humanité et l'apologie de crimes de guerre
- la diffamation, ce qui porte atteinte à l'honneur d'une personne
- l'incitation au piratage informatique Les modérateurs se réservent le droit de supprimer un commentaire si celui-ci est jugé agressif, grossier ou hors sujet.
- Toute allusion sexiste, homophobe ou raciste sera également effacée, tout comme les messages publicitaires.
BIODIVERSITE, AGRICULTURE BIOLOGIQUE, METHANISATION, AGROFORESTERIE, TRAME VERTE, ECOPHYTO
 
© Terre-ecos mai 2010 | Mentions légales | Plan du site